Le spectre de la rédaction professionnelle

La rédaction professionnelle est une activité complexe qui requiert une grande capacité d’abstraction, des connaissances expertes et possiblement une part de talent. Au bureau du Secrétaire général de l’UQO, on l’a compris! En 2011, alors qu’on cherchait à pourvoir le poste d’attachée d’administration, Mireille Auger a été approchée: on la savait douée pour la rédaction et on reconnaissait que ce poste nécessitait beaucoup de rédaction.

Photo Mireille Auger

Mireille Auger, attachée d’administration au Secrétariat général de l’UQO (crédit photo: Marc-André Bernier)

Comme son titre l’indique, Mireille Auger doit s’acquitter de responsabilités administratives, mais ce qui nous intéresse ici, ce sont ses tâches rédactionnelles. Elle produit principalement deux genres de textes : des procès-verbaux et des hommages. Les procès-verbaux sont issus des réunions auxquelles elle assiste, notamment le conseil d’administration, le comité exécutif et la commission des études de l’UQO. Quant aux hommages, ils sont commandés lorsque des prix ou des distinctions sont décernés, entre autres le doctorat honoris causa. Vous en conviendrez, ces deux genres de textes sont très différents: le procès-verbal doit tendre vers l’objectivité, tandis que l’hommage est par définition subjectif.

Mireille Auger me confiait en entrevue que la transition entre les deux genres de textes n’est pas toujours facile. D’un point de vue théorique, ce défi s’explique facilement. Prenons ce magnifique croquis, censé représenter le spectre de la rédaction professionnelle.spectre-2
Comme on peut le voir, le spectre de la rédaction professionnelle va de la rédaction technique à la rédaction littéraire. Dans le domaine technique, les rédacteurs utilisent des modèles clairement définis. Vous n’avez qu’à consulter quelques manuels d’emplois qui trainent à la maison, par exemple le guide d’utilisation du grille-pain ou les spécifications techniques du téléviseur, pour constater que les textes techniques suivent des normes de présentation et de rédaction relativement bien établies. À l’autre extrémité du spectre, c’est le domaine littéraire. Dans cette zone, les rédacteurs ne sont pas tenus de s’en tenir aux modèles. En fait, déroger aux règles peut même être souhaitable.

Autre différence : le style linguistique des deux domaines. En rédaction technique, la clarté et la simplicité sont primordiales, tandis que pour le texte littéraire, c’est la qualité esthétique qui primera. Tous les autres genres de textes (et ils sont nombreux!) se situent quelque part entre ces deux extrémités. Le hic, c’est que chaque contexte de rédaction étant unique, un déplacement (même minime) entraine des différences dans les normes (explicites ou implicites) de rédaction.

Pour reprendre les exemples de notre rédactrice, on pourrait situer les PV autour du point vert et les hommages autour du point rouge. La distance entre les deux points est donc assez grande. Je parie qu’à naviguer entre ces deux points du spectre, Mireille Auger ne s’ennuie jamais!

3 réactions sur “Le spectre de la rédaction professionnelle

  1. Mireille a aussi rédigé un livre intitulé Bâtisseurs d’avenir relatant les 30 ans d’histoire de l’UQO. Après ce défi, rien ne peut l’arrêter. Merci pour ce portrait inspirant.

    Aimé par 1 personne

  2. Voilà qui illustre magnifiquement les plaisirs et défis de la rédaction. Merci Marie-Josée de nous faire connaître l’univers de la rédaction depuis l’intérieur de notre université. L’exemple de Mireille est vraiment bien choisi!

    J'aime

Participez à la discussion!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s