Savoir dire non aux évaluations formatives à distance

Vous aurez compris, lecteurs assidus que vous êtes, que mes nouveaux dadas sont la pédagogie de la rédaction et la formation à distance. Lors de la conférence Writing Research Accross Borders à Bogota en 2017, j’ai fait la connaissance de Scott Warnock, un professeur de rédaction spécialisé en formation à distance. Après cette rencontre, j’ai commencé à lire sur la formaion à distance et j’ai découvert que l’on pouvait donner des cours à distance en ayant recours à des outils simples comme Moodle. Je me suis donc lancée dans la conception d’un cours hybride, que j’ai donné à l’Université du Québec en Outaouais au trimestre d’automne 2017. Un cours hybride est un cours où une proportion plus ou moins importante des séances se déroulent à distance. L’expérience fut concluante, c’est-à-dire que les étudiants étaient satisfaits et que je n’y ai pas laissé ma peau.

J’ai donc eu envie de créer d’autres cours hybrides. Toutefois, force était d’admettre que j’avais besoin d’acquérir des connaissances et des compétences spécialisées dans le domaine de la formation à distance. J’ai donc entrepris, il y a quelques mois, une formation de troisième cycle en pédagogie universitaire et environnements numériques d’apprentissages. Je suis littéralement retournée aux études!

Lorsqu’on parle de formation à distance, il faut comprendre que cela englobe toutes les activités qui peuvent se dérouler en classe ou à l’extérieur de la classe, par exemple les exposés magistraux, les discussions, les travaux d’équipe et les évaluations. C’est sur ce dernier point que je souhaite m’attarder aujourd’hui. Selon Nizet et al. (2016), la distance aurait fait exploser le nombre d’évaluations formatives, vous savez ces évaluations qui servent à accompagner les étudiants, mais «ne comptent pas». En effet, les outils que sont le courriel, le nuage, le forum et l’environnement numérique d’apprentissage sont très utiles pour soutenir certaines étapes de l’évaluation. Entre autres, les étudiants peuvent désormais envoyer leurs travaux par courriel ou les déposer dans une plateforme web. Cependant, les outils numériques ont en quelque sorte créé des attentes chez les étudiants. Dans mes cours de rédaction, je prévois au moins une évaluation formative par trimestre. Il n’est pas rare, toutefois, que les étudiants en demandent plus. «Madame, est-ce qu’on peut vous envoyer notre texte pour savoir ce que vous en pensez avant la remise officielle?» Je ne compte plus les fois où on m’a posé cette question.

Que répondre à ces étudiants motivés? Si le temps le permet, j’accepte volontiers, car j’ai leur réussite à cœur. Sinon, je leur propose une activité d’évaluation par les pairs. Ce n’est pas sans un soupçon de culpabilité que je leur offre cette alternative. À mon avis, l’un des plus grands défis de l’évaluation à distance est de savoir dire non. Tiens, ce constat sonne comme une résolution de fin d’année. Cela tombe bien; nous sommes à la mi-décembre.

Source citée

Nizet, I., Leroux, J. L., Deaudelin, C., Béland, S. et Goulet, J. (2016). «Bilan de pratiques évaluatives des apprentissages à distance en contexte de formation universitaire». Revue internationale de pédagogie de l’enseignement supérieur [En ligne], 32-2.

© Marie-Josée Goulet

Une réaction sur “Savoir dire non aux évaluations formatives à distance

Participez à la discussion!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s