Qui sont les travailleurs du texte?

J’aime l’expression travailleurs du texte pour désigner les personnes qui rédigent des textes dans le cadre de leur travail. Pas parce qu’elle évoque une autre expression que je ne nommerai pas ici, mais bien parce qu’elle rappelle que la rédaction est un travail. Dans ce tout premier billet du Rédacto(b)logue, je donne quelques caractéristiques des travailleurs du texte. Peut-être vous reconnaitrez-vous?

Premièrement, les travailleurs du texte sont partout.

Ah oui? Oui. En plus des professions naturellement associées à la rédaction, plusieurs autres endroits peuvent cacher des travailleurs du texte. Un sondage pancanadien réalisé par mon équipe de recherche confirme cette hypothèse. Parmi les 400 rédacteurs interrogés, 46 % d’entre eux exercent une profession dite langagière (essentiellement la rédaction, la révision ou la traduction) tandis que 54 % exercent une profession non langagière. Voici quelques exemples de cette catégorie : agent de recherche/d’information, agent de communication/relationniste, analyste, consultant, gestionnaire, coordonnateur, directeur, journaliste, adjoint administratif, commis administratif, professeur/enseignant. Ces gens ne sont pas des rédacteurs? Peut-être pas dans le sens strict du terme, mais certains d’entre eux rédigent des textes quotidiennement! Et parfois même toute la journée!

Deuxièmement, les travailleurs du texte sont nombreux.

Selon des données publiées en 2006 par Statistique Canada sur la classification des professions (malheureusement, on n’a rien de plus récent…), il y aurait plus de 50 000 rédacteurs professionnels au Canada. Cette estimation était basée sur les 3 catégories de professions suivantes :

  • Auteurs, rédacteurs, écrivains;
  • Réviseurs, rédacteurs-réviseurs et chefs du service des nouvelles;
  • Journalistes.

Si l’on admet que d’autres professions cachent des travailleurs du texte, comme je l’ai démontré plus haut, il est clair que le nombre de rédacteurs devrait être réévalué à la hausse.

Troisièmement, les travailleurs du texte possèdent une expertise.

Selon Karen Schriver, une rédactologue américaine, l’expertise du rédacteur professionnel est double : d’une part en communication écrite, d’autre part en désign visuel. Non seulement le rédacteur professionnel doit-il posséder des connaissances expertes dans ces deux domaines, mais aussi doit-il savoir agencer judicieusement les contenus verbal et visuel lors de la  rédaction d’un texte. C’est donc dire que les travailleurs du texte sont également des créateurs!

Afin de poursuivre votre réflexion sur l’expertise du rédacteur professionnel, je vous recommande de lire l’article de Sylvie Lamothe, publié dans le Portail linguistique du Canada. Une véritable inspiration pour la reconnaissance des travailleurs du texte.

© Marie-Josée Goulet

3 réactions sur “Qui sont les travailleurs du texte?

  1. Pingback: Pour un logiciel de rédaction intégré | Rédacto(b)logue

  2. Pingback: Cliché rédactologique | Rédacto(b)logue

  3. Pingback: Nous sommes tous des rédacteurs professionnels | Rédacto(b)logue

Participez à la discussion!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s